Jour de Colère : La provocation policière pour les nuls

JourdeColère 26-01-2014 provocation policière #JDCive
Place Vauban, 26 janvier 2014, vers 18h30. « Manifestant » isolé, plus proche de la rangée de CRS que de la ligne des manifestants, qui jette un meuble qui traînait sur le trottoir contre un camion grille. Les CRS sont à 7-8m. Le manifestant est en noir, visage masqué (infraction, 1 500 € d’amende). Les CRS n’interviennent pas. Un accès de calme, sûrement.

Les provocations policières ne sont pas nouvelles, elles sont même inscrites dans l’histoire de la République. Les sceptiques sont ceux qui n’en ont jamais vu, et ceux qui oublient que les forces de l’ordre ont en fait deux missions : le maintien de l’ordre et la protection du pouvoir en place. Quand le pouvoir ne respecte plus l’ordre, la police devient politique et abuse des pouvoirs de maintien.

Voir aussi : l’ode à Foutriquet 1er, roi de la badine.
Voir aussi : Mon compte rendu de la journée

Ce dimanche soir, après 3 heures de marche, nous avions une alliée : la pluie. Si vous étiez dans la rue, vous avez vu hier soir dans quel état était vos vêtements, en particulier les pantalons.

à droite, deux manifestants, visages découverts, pantalons mouillés jusqu’à mi mollet. à gauche, un groupe d’une dizaine d’hommes, 25-35 ans, air « racaille », tous cagoulés (oreilles couvertes) et pantalons secs. Comment ont-ils réussis à garder leurs pantalons secs après 3 heures de marche ? Quel est leur secret ? Est ce du Damart ? Où peut-on acheter les pantalons magiques ? Pourquoi la cagoule (en tissu, qui ne sert pas à grand chose contre la pluie) ?
autre vue du même groupe : pantalons secs, gants de cuir dans la poche, cagoules.

Ce même groupe est celui qui, vers 18h15, quelques minutes après la dispersion, a brutalement attaqué le camion média qui s’occupait de la retransmission. Attaque en groupe, jet de verres (en verre), barrières renversées contre la carrosserie. J’ai transmis les autres photos au prestataire, qui se chargera de porter plainte ou pas … et contre qui ?

Qui sont-ils, d’où viennent-ils ?

Quand, vers 18h35, on voit passer un bande de « jeunes » en furie sur le bord de l’avenue de Breteuil, et réussir à traverser le cordon policier qui encerclait la place Vauban, grands cris d’acclamation de la foule piégée, qui se muent aussitôt en cris de rage : les jeunes passent derrière le cordon de CRS (à les toucher) pour se repositionner de l’autre côté de l’avenue.


Peut-être de bienveillants pandores ?

Le doute m’habite. Participation à une manifestation avec une arme : 3 ans d’emprisonnement. Rébellion contre forces de l’ordre avec arme : 3 ans de prison. Le tout à 15 mètres des CRS. Moi je dis, chapeau ! (calot ?)

Quelques minutes après, quand la foule, dans un mouvement pas très heureux, apporte 4 barrières de sécurité (récupérées sur l’emplacement du camion régie qui n’a pas demandé son reste) vers les CRS, en restant à 15 mètres, les CRS chargent 30 secondes après. Parmi les porteurs de barrière, quatre ou cinq passent magiquement à travers la rangée de CRS et se retrouvent derrière. Ils se chargent alors de récupérer un des manifestants (les CRS sont équipés de boucliers, et n’ont donc pas de mains libres), en le traînant sur le bitume par la jambe. Il réussira à s’échapper, non sans mal.

La souricière, avenue de Tourville, 18h45 : une cinquantaine de manifestants tournent en rond au milieu de 200 CRS, qui les empêchent de sortir (ou en font sortir arbitrairement quelques uns). Ca énerve comme il faut ?

Attention, au bout de 30 minutes hors du camion chauffé, il devient difficile de distinguer sur la base du pantalon mouillé ou pas le casseur du manifestant du flic manifestant casseur. Heureusement, de temps en temps, ils remettent le brassard. Dès fois que.

Notes : toutes mes photos, sauf mention contraire sont à considérer Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

PS  : pour ceux qui préfèrent les vidéos (rares) en plein jour, ils ont été filmés l’année dernière en pleine manif en train de remettre leurs brassards

40 comments
  1. Bonjour, présent dans la foule place Vauban, j avais deja reperé un groupe d homme en civil avec un signe distinctif  » une echarpe couleur sable autour du coup faisant des allés retour parmis la foule… et lors de l annonce de fin de rassemblement des organisateur leur propos ressemblant  » on bouge ca va chauffer  » mon fait avec mes camarades quitter expressement sentant le vents tourner…. Coinscidence?

    1. J’étais présent à la manif. même a Bastille on pouvait en voir une brochette de 5 . Je les ai regarder dans les yeux ils étaient habiller comme des jeunes et sorti mon téléphone pour prendre en photo et bizarrement ils sont parti direct se cachant le visage. Pas très malins et bien visibles. regroupés ensemble ca le fait pas si ils étaient éparpiller ca serait intelligent ca au lieu de rester en groupe repérable stephane

    2. salut, j’étais ce dimanche à paris. Pour ma part j’ai aussi repéré les mecs avec les chaussures d’inter (comme on les appellent dans le jargons) et les gants ou le talki… enfin bref la « provocation organisé » était réèlement flagrante, j’en es d’ailleurs entendus un dire, à un de ces collègues, « laisse passé, faux pas que ça fasse comme a Pigalle… » pour ma part n’étant pas de paris et n’en connaissant que les clichés, je n’es fais que des rapprochements peux probable. si quelqu’un avait des infos quand a des événements ayant un rapport avec une quelconque incartade ou je ne sais quoi, je suis preneur. sinon pour la photo ou on voie un gars avec le crane blessé je l’es vus dans la manif et je le lui est pas trouvé un comportement agressif ou autre, et je pense savoir prévenir les choses de ce genres…

    3. Effectivement, pendant la fin du discours nous nous tenions avec deux amis sur la gauche de l’estrade en face de l’écran géant, à quelques mètres d’un véhicule siglé « 3M » ou quelque chose comme ça; les deux (il me semble en avoir vu 2) journalistes étaient derrière des grilles de chantier et filmaient le discours; à un moment un groupe est venu se poster devant nous. ils avaient exactement le look que je vois sur les photo mais avec des cagoules 3 trous, passes montagnes, etc; pas l’émeutier qui remonte son écharpe: des cagoules de motard! on était plus proche du FLNC en conférence de presse que du casseur; je veux témoigner de l’attitude de ces jeunes car c’était stupéfiant; pendant les 15 mn environs qui ont précédé l’appel à dispersion des orateurs, ils ne se sont pas parlé alors que manifestement ils formaient un groupe; ils regardaient alentour, ont vaguement participé à la marseillaise.. l’un d’eux, un petit trapu, avait un tic à la main gauche (en s’échauffait le poignet en permanence, dans le vide);
      A ce stade, plusieurs chose m’ont surpris. Nous nous trouvions à 50 m maxi du cordon de flic du bar « le vauban » (on en sortait); à l’endroit ou nous nous trouvions il y avait peu de foule; ce groupe était visible; (surtout avec des cagoules intégrale) surtout, je témoigne de l’attitude « professionnelle » du groupe; du sang froid. ils ne se parlaient pas; s’échangeaient des regards c’est tout; la moyenne d’age tournait à peut près sur 25 ans.. mais c’est une impression suivant les habits, le tour des yeux, la corpulence. je n’arrive toujours pas à croire qu’un tel groupe, structuré et professionnel, n’est pas connu des renseignements généraux, suivis depuis leur point de départ, tracé en manif, et discrètement – au moins – encadré par des flics en civil, quand en fin de manif, ils commencent à se rassembler et se cagouler! ce genre de groupe n’a pas attendu des années à se préparer dans l’ombre pour profiter des manifs pour tous auxquelles personnes n’auraient cru 6 mois plus tôt; ils ont forcement -s’ils ne sont pas flics – fréquentés le milieu hools sérieux (et on est plus dans la firme que le tiffo) Bref forcément ils sont connu et suivis..
      Au moment ou la dispersion a été demandée par l’orateur, il y a du avoir quelques dizaines de secondes avant qu’ils s’attaquent à la voiture et aux journalistes, sans un seul mot, ni cris, ni rien. Je pense que la plupart d’entre nous, si nous devions faire cela, nous nous encouragerions au moins au début avec des phrases du genre « allez les gars »… mais là rien du tout. l’attaque a été extrêmement violente et rapide; les types ont disparu presque aussitôt. ça m’a aussitôt semblé cousu de fils blancs.
      Les affrontements ont ensuite commencé derrière nous, vers les pelouses; je ne sais pas si nos amis capables de porter des cagoules 3 trous et des gants d’inter dans une manif ultra fliquée sans attirer l’attention sont allés vers là, ou sont partis.
      Ce que je peux certifier c’est qu’ils n’étaient pas parmi nous lorsque les cordons de flics ont resserrés. ils n’étaient pas non plus avec nous en GAV rue de l’évangile.
      Quand nous avons été bloqué (on voit ça sur l’avant dernière photo) j’ai vu un bon nombre de trucs par terre, jeté par certains avant les fouilles et les interpel. des pétards, du sérum physio, une bombe lacrymo. Mais je n’ai vu nulle part les cagoules en question (une noire, avec liseré rouge autour des yeux)
      J’ai pensé à une provocation avant de lire votre article; je suis heureux de voir que je ne suis pas le seul témoin.

  2. Superbe article ! Merci !

  3. Nous avons vu les policiers « en civil », jeans et blousons noirs, sortir de leurs camionnettes en arrivant de la gare de Lyon à la Bastille.
    Il y avait même un grand noir à cheveux longs et « dread-locks », pas vraiment style coiffure militaire. Nous les avons revus ensuite à un coin de rue…
    Nul doute qu’ils n’étaient pas là pour garantir le service d’ordre.
    Je pense beaucoup à Arlette Laguiller qui appelait la police « les forces de répression ». Finalement c’est elle qui avait raison.

    1. c est vrai, on s est fais controle par eux et par des mobiles devant la garde republicaine.

  4. la technique c’est la « nasse » – annoncée d’ailleurs officiellement pour le rassemblement de la Manif pour tous- qui consiste à déployer des forces de police en bloquant toutes les facultés de dispersion…pour ensuite « réprimer » de prétendus casseurs « refusant de se disperser »…

  5. Ca fait chaud au coeur les dernières images où on les voit déguerpir… il faudrait que chaque participant ait un brassard rouge dans la poche et on le met en fin de manif, histoire de pouvoir quitter tranquille, sans se faire agresser par ces voyous de la milice de Valls.

    1. tout simplement personne ne couvre son visage, et le service d’ordre des manifestation tahe d’y veiller et prise de photo directe de ceux qui se cachent.

    2. C’est exactement ce que je pense ! et aussi mettre les memes signes distinctifs qu’eux

  6. […] Jour de Colère : La provocation policière pour les nuls | Contrescarpe […]

  7. La nasse:
    Souvenez vous que le massacre du 26 mars 1962 à Alger s’est produit parce que la foule s’était retrouvée dans une nasse, que, manifestement, le pouvoir gaulliste avait consciemment tressé, afin de briser les pieds-noirs rebelles, pour laisser la place libre au FLN, qui ne pouvait prendre Alger tout seul.
    Souvenez vous qu’un commissaire de police a affirmé au père d’une jeune gardée à vue de la MPT, au printemps dernier « qu’ils avaient reçu l’ordre de tirer » en cas de débordements;(la Gauche fantasme toujours sur le 6/2/34)
    On parle beaucoup des faschistes-miliciens-nazistes-etc, mais les démocraties sont capables d’engendrer de formidables tueurs (sinon elles ne gagneraient pas les guerres):
    50 000 français accusés d’etre « collabos » ont été liquidés entre 1942 et 1946 par les « résistants » sans que le monde entier s’en émeuve. Il suffit de trouver le bon mot et d’exiter les assassins. Après, on parle de « règlement de compte » ou d' »excès ».
    Souvenez vous que les américanos-israéliens ont exterminé dernièrement toute l’élite scientifique irakienne.. Sans bruit chez nous…
    Quand on voit le visage plein de haine incandescente de Valls, il faut s’attendre à tout: Ils n’auront aucun scrupule.
    « Les mots peuvent tuer » disait Brecht (qui n’est pas une référence); L’accusation d »‘Extreme droite-terroriste-fasciste-facho-nazzi-secte-collabo-raciste (il parait que les races n’existent pas)-antisémite (encore un mot qui ne veut rien dire, sauf pouvoir réprimer à son aise, car il n’y a évidemment pas de race juive) » permettra l’utilisation de reflexes conditionnés depuis l’enfance par les profs, pour justifier tous les crimes à venir de policier ou d’antifa ayant enfin sous la main les cibles pour lesquels ils ont été dressés à éliminer.
    N’oubliez pas que Clément Méric, avant d’agresser Esteban Morillo, qu’il traquait depuis des jours avec son équipe, a clamé à l’adresse des « skins-head » devant le vigile témoin : « Ces types ne méritent pas de vivre ». Et c’est Morillo qui est en taule. Le chef du groupe antifa lui, n’est pas inquiété.
    Quand les élections truquées, les campagnes de désinformation, l’activité des groupes d’égarement (Front National), les provocations, les lois d’exception, la répression, les attentats bidons (qui ne sauraient tarder), se revèlerons inefficaces, ils passerons au bain de sang. C’est sur. » La République sait très bien se défendre » (Charles Maurras).
    J’éspère que les B.Bourges (BB?), Soral, Dieudo, et autres vrais dissidents, passent chaque semaine leur appartement au compteur Geiger, sinon, les cancers à la Arafat, vont se déclencher de façon opportune, à moins qu’il soit prevu qu’ils ne servent de chair judiciaire pour les procès-spectacles….

    1. Bien vu !
      J’ajoute juste la phrase complète de Maurras : « La République gouverne mal, mais se défend bien. »

  8. Tu as raison Davids !!! il est passé devant nous aussi en disant : ca va chauffer la ! Et je me suis dit , il sors ça d’ou lui , il esst sec et il voit ça il en sais rien de l’ambiance !

    Mais PUREE c’est vraiment ABUSE !!

  9. J’en ai fait des manifs depuis 1983…et j’ai toujours entendu parler de policiers en civils provocateurs. Je crois que c’est un fantasme. Jamais un policier n’a depuis 40 ans dévoilé ce type de comportement..Jamais ! Dans la pseudo démonstration, je ne vois aucune preuve. J’y étais dimanche…j’aime bien l’illustration du type en sang. Je ne dirais pas ce qu’il a fait pour être dans cet état car il est identifiable. J’étais là…je lui ai même proposé de l’accompagner pour voir un médecin. Si j’étais le préfet et donc responsable de la sécurité de cette manif…et bien entendu que je mettrais des policiers en civil partout. C’est d’une grande aide pour les CRS et bien plus mobiles…

  10. Je confirme, j’y étais. Les policiers empêchaient de sortir de la zone et j’en ai vus qui se concertaient avec des collègues en civil, pantalon sec. Ils semblaient leur donner des ordres, ils étaient très nerveux. Heureusement, j’habitai dans la zone donc je n’ai pas eu à passer les barrages. Dans l’après-midi, j’ai vu à plusieurs reprises des policiers en civil.

    1. Vous avez vu dans l’après-midi des policiers en civils ! …et où est le scoop ?…c’est anormal ?

      1. Des policiers en civils armés de bombes lacrymo passant à travers la foule des manifestants, je vous assure, tout est normal

        1. Ben oui…Le plus choquant, je vais vous dire c’est d’avoir maintenu en GAV 5 journalistes plus de 17h, c’est d’avoir maintenu plus de 4 h plusieurs centaines de personnes sans leur avoir signifié leur garde à vue, tout ça en dehors de tout cadre légal,..c’est de m’avoir refusé de la part d’un policier de me communiquer son matricule…

  11. Il y a toujours des policiers en civil dans les manifs, même dans celles qui ne dégénerent pas !
    Objectivement, c’est eux qui font les interpellations. Pas les CRS : trop figés, trop lourds, trop équipés, trop visibles. On le voit bien sur les vidéos du jour de colere. Un mec qui s’avance pour balancer son projectile, les flics en civil qui le prennent de revers, le coincent, puis passent avec le gars côté crs.
    Perso, le JDC, j’y étais pas, mais je trouve pas ces photos bien convaincantes. Le truc convaincant, ce serait deux images :
    – un gars (par ex, manteau noir, écharpe bleu, baskets blanche…), clairement émeutier, qui balance un truc sur les crs
    – le même gars (avec les mêmes vêtements), deux minutes après, qui se transforme en flic et interpelle un manifestant

    1. Suffit de passer en fin de manif pour comprendre.

  12. Mouais je pense que c’est beaucoup de branlette cette histoire. On est tous plus ou moins adepte des théories du complot.

    On voit ce qu’on veut voir. En tout cas si cela s’avère vrai je ne trouve pas les images convaincantes.

    1. Pauvre con ! Aveugle et mouton ! Tu mérite de te faire défoncer sévèrement par ces politico-flic , afin que tu comprenne !
      Qui parle de complot ???? Les faits sont pourtant bien la ! va faire une manif et tu verra au lieu de faire le cyber warrior ! C’est à cause des gens comme toi que rien ne change !

  13. Moi j’ai toujour connu les flics en civil dans les manif, qui mette et enlevé leur brassar police a leur grées, je les toujour vu aussi avec de petite matraque cache dans la manche afin de pouvoir défoncer le pauvre gars qui se retrouve éloigner du groupe de manifestant avant de le traîner jusqu’au CRS qui se charge du reste, j’ai aussi souvenir de groupe de personne entre 40 et 50 ans défoncer des magasin ou banque en fin de manifestation étudiante m’étant ainsi le feux aux poudres ( groupe politique, flic en civile) en tout cas ils avaient pas des têtes et l’âge d’étudiant tout sa pour dire que le pouvoir quelqu’il soi bénéficie de la part de la police d une étude des reflex des gens dans les manif et qu’il savent comment manipuler la foule depuis des année et des année peut que nous manifestant devrions commencer a étudier leurs techniUe et les retourner contre eux moi je verrais bien un groupe de manifestant expulser les flic en civil repérer dans la foule etc peut être devrions nous aussi venir manifeste avec des casque de moto et des bouclier organisons nous quoi

    1. Entre nous, sur les images de manifs lycéenne ou étudiantes, les gars qui foutent le brin ont soit des têtes de racailles, soit des têtes de jeunes gauchiasses…
      Une manif lycéenne ou étudiante, c’est toujours hyper tendu, ça coure dans tous les sens, le service d’ordre est inexistant ou presque, les jeunes sont excités parce que c’est leur première manif’, les gars d’extrème-gauche veulent justifier leur existence, les racailles profitent de la foule….
      Pas besoin d’agitateurs de l’extérieur. Tous les ingrédients sont là pour que ça pète….
      J’ai fait une manif’ une fois en étant lycéen. Honnêtement, les « organisateurs », et c’est un bien grand mot, ne géraient rien. ça partait dans tous les sens.
      Rien à voir avec les manifs « cadrés » par les organisations professionelles

  14. Ils étaient là à Quimper lors de la manif écotaxe qui a dégénéré à cause de ces manifestant flic casseur. C’est pas du haut niveau intellectuel chez eux lol
    Ils nous protège, mais qui nous protège d’eux..?

  15. […] C’est raconté partout et ici également. […]

  16. Effectivement, pendant la fin du discours nous nous tenions avec deux amis sur la gauche de l’estrade en face de l’écran géant, à quelques mètres d’un véhicule siglé « 3M » ou quelque chose comme ça; les deux (il me semble en avoir vu 2) journalistes étaient derrière des grilles de chantier et filmaient le discours; à un moment un groupe est venu se poster devant nous. ils avaient exactement le look que je vois sur les photo mais avec des cagoules 3 trous, passes montagnes, etc; pas l’émeutier qui remonte son écharpe: des cagoules de motard! on était plus proche du FLNC en conférence de presse que du casseur; je veux témoigner de l’attitude de ces jeunes car c’était stupéfiant; pendant les 15 mn environs qui ont précédé l’appel à dispersion des orateurs, ils ne se sont pas parlé alors que manifestement ils formaient un groupe; ils regardaient alentour, ont vaguement participé à la marseillaise.. l’un d’eux, un petit trapu, avait un tic à la main gauche (en s’échauffait le poignet en permanence, dans le vide);
    A ce stade, plusieurs chose m’ont surpris. Nous nous trouvions à 50 m maxi du cordon de flic du bar « le vauban » (on en sortait); à l’endroit ou nous nous trouvions il y avait peu de foule; ce groupe était visible; (surtout avec des cagoules intégrale) surtout, je témoigne de l’attitude « professionnelle » du groupe; du sang froid. ils ne se parlaient pas; s’échangeaient des regards c’est tout; la moyenne d’age tournait à peut près sur 25 ans.. mais c’est une impression suivant les habits, le tour des yeux, la corpulence. je n’arrive toujours pas à croire qu’un tel groupe, structuré et professionnel, n’est pas connu des renseignements généraux, suivis depuis leur point de départ, tracé en manif, et discrètement – au moins – encadré par des flics en civil, quand en fin de manif, ils commencent à se rassembler et se cagouler! ce genre de groupe n’a pas attendu des années à se préparer dans l’ombre pour profiter des manifs pour tous auxquelles personnes n’auraient cru 6 mois plus tôt; ils ont forcement -s’ils ne sont pas flics – fréquentés le milieu hools sérieux (et on est plus dans la firme que le tiffo) Bref forcément ils sont connu et suivis..
    Au moment ou la dispersion a été demandée par l’orateur, il y a du avoir quelques dizaines de secondes avant qu’ils s’attaquent à la voiture et aux journalistes, sans un seul mot, ni cris, ni rien. Je pense que la plupart d’entre nous, si nous devions faire cela, nous nous encouragerions au moins au début avec des phrases du genre « allez les gars »… mais là rien du tout. l’attaque a été extrêmement violente et rapide; les types ont disparu presque aussitôt. ça m’a aussitôt semblé cousu de fils blancs.
    Les affrontements ont ensuite commencé derrière nous, vers les pelouses; je ne sais pas si nos amis capables de porter des cagoules 3 trous et des gants d’inter dans une manif ultra fliquée sans attirer l’attention sont allés vers là, ou sont partis.
    Ce que je peux certifier c’est qu’ils n’étaient pas parmi nous lorsque les cordons de flics ont resserrés. ils n’étaient pas non plus avec nous en GAV rue de l’évangile.
    Quand nous avons été bloqué (on voit ça sur l’avant dernière photo) j’ai vu un bon nombre de trucs par terre, jeté par certains avant les fouilles et les interpel. des pétards, du sérum physio, une bombe lacrymo. Mais je n’ai vu nulle part les cagoules en question (une noire, avec liseré rouge autour des yeux)
    J’ai pensé à une provocation avant de lire votre article; je suis heureux de voir que je ne suis pas le seul témoin.

    1. Connu des RG ? tu plaisante j’espère, entre les RG et les Franc-maçons haut gradé dans la police tu as tout ce qui faut pour organiser de fausses émeutes.
      Et qui donc peut passer le cordon de CRS sans être flic ou sans avoir la complicité de Valls ??!!
      sans oublier les milices comme la LDJ qui s’entraine dans les locaux de la police à Paris.

      donc y’a pas a chercher midi à 14h

  17. […] un début d’émeute devant la scène. Cela a été très bien expliqué, images à l’appui, dans cet article qui a repéré ces « nervis » aux habits bien secs… après quatre heures de marche sous une […]

  18. On ne parle plus de suppositions mais de faits constatés et avérés depuis des années, une stratégie qui doit trouver sa place dans les manuels de ces brigades dont nous ne connaîtrons jamais le nom car pas référencées officiellement.

    La seule solution légale qu’il reste aux manifestants tient dans une idée désagréable mais aussi efficace qu’ironique. Je vais tenter d’en exposer les principes élémentaires ici, cependant il est évident que tout ne peut être révélé publiquement si l’on souhaite que cela fonctionne le moment venu.

    La première chose s’adresse aux organisateurs. Il faut mettre en place un service de comptage, un média indépendant (avec des infrastructures indépendantes des réseaux « contrôlables », donc préférer le satellite à la 3G pour les streaming, les forces de l’ordre utilisant des brouilleurs GSM), ainsi qu’un appel répété aux manifestants afin que tout le monde reste pacifiste et surtout à visage découvert. Tout ceci doit être accessible à tous, être enregistré par divers services et être soigneusement conservé, si possible hors juridiction.

    Le second point est celui qui fâche: la création d’une milice citoyenne. Non pas dans le but de se substituer à la Police, loin de là, mais une équipe formée et entraînée fonctionnant selon des codes bien précis. Ce groupe aura pour mission lors des manifestations de repérer et signaler les potentiels fauteurs de trouble durant le défilé sans se faire repérer, en les gardant à l’oeil et en rapportant un maximum d’information et description, photo si possible. Une fois venu le moment de la dispersion, lorsque la température monte, ce même groupe aura cette fois pour tâche de procéder à une arrestation citoyenne immédiate de toute personne ayant un comportement contraire à la loi et au maintien de l’ordre public (Dans les cas de crime flagrant ou de délit flagrant puni d’une peine d’emprisonnement, toute personne a qualité pour en appréhender l’auteur et le conduire devant l’officier de police judiciaire le plus proche. Article 73 du Code de procédure pénale). Cela concerne les casseurs bien sûrs mais comprend également les personnes repérées durant la journée. Arrêter un flic? Oui, c’est possible, c’est même légal dans ce cas de figure et ne pas le faire serait presque répréhensible.

    Ainsi, une fois la nasse formée et les premiers émeutiers mis à terre par les manifestants eux-mêmes dès les premiers jets de projectiles ou autre acte de violence, toute la stratégie mise en place par ces brigades policières et les CRS se voit enrayé, il n’y a plus de rébellion, le gazage n’est plus justifiable, ni les arrestations abusives. Les personnes qui auront procédé à ces arrestations devront accompagner les policiers pour témoigner mais ne pourront pas être inculpé de trouble à l’ordre public ou tout autre motif fallacieux puisque tout aura été filmé par les médias de la manifestation devant témoins et à visage découvert en clamant leur identité et leurs motifs selon un code établi au regard de la loi pour éviter que les CRS ne prennent les « livraisons » de casseurs pour des mouvements dangereux à endiguer.

    Je n’en dis pas plus mais cela vous donne déjà quelques voies de réflexion sur ce qui est encore possible de faire légalement, en aidant les forces de l’ordre afin de mieux les dérouter et faire capoter ces méthodes dignes d’une dictature. Utilisons leurs propres armes contre eux, retournons-leur leur système à notre avantage. Montrons-nous plus intelligents et irréprochables, soyons clean, nous n’avons rien à nous reprocher d’autre que le fait de ne pas être en accord avec les décisions de l’Etat et nous avons le droit de le faire savoir.

    1. Toi t’es un bon ! et c’est uniquement grace aux gens comme toi qu’on pourra avancer intelligemment

    2. Comme il a été dit sur d’autres sites, il faut mettre à disposition du grand public la connaissance de ce type de pratiques, qui ne sont pas officiellement référencées.
      Ils ont l’habitude de filer les gens, mais pas seulement dans les manifestations, mais aussi dans la vie quotidienne.
      Là où Kemi Séba est allé fort, c’est qu’avec son groupe, ils ont à leur façon, fait des filatures, contre des gens dont ils avaient des démonstrations claires de comportement du genre : flic civil, provocateur, etc.. et la méthode a payé. Son livre a été censuré de façon monumentale.
      Son groupe (de personnes noires ) l’a fait alors que pour l’instant, et c’est toujours mieux que rien, ici il est question de penser à le faire.
      Kémi Séba est passé à l’action, et il s’est occupé comme il faut de griller ces pantins payés pour créer le trouble à l’ordre public.
      En plus, comme l’a dit Milicien, il ne faut pas oublier, il y a l’élément technologie, eux sont équipés de micros, caméras, brouilleurs gsm et autres … dont niveau technologie, c’est chaud.
      La base, c’est de crypter tous ses messages, l’affaire Snowden a montré à quel point l’information privée est devenu voeux pieux.
      Et en cas de problème avec ce type de flics en civil (qui comme il a été dit dans un commentaire précédent, n’ont souvent pas l’air de jeunes étudiants), ne pas hésiter à les prendre en photo, et à les dénoncer.

  19. […] contre le mariage pour tous. Elles ont également été au rendez-vous le 26 janvier (voir ici). 260 personnes raflées (lire ici le témoignage d’un journaliste), certaines jugées et […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *